DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trois présidents africains en exercice dans le collimateur de la justice française


France

Trois présidents africains en exercice dans le collimateur de la justice française

C’est une première judiciaire : Omar Bongo, président du Gabon, Denis Sassou Nguesso, Congo, et Theodoro Obiang, Guinée Equatoriale, pourraient voir des enquêteurs français s’intéresser à leurs propriétés immobilières, comptes en banque et autres limousines.

Une juge d’instruction française a en effet ordonné hier une information judiciaire, après une plainte de l’association Transparency International. Son président, Daniel Lebègue : “En application de la Convention anti-corruption des Nations Unies, nous voulons que cet argent, qui a été détourné par ces dirigeants et leurs proches, revienne aux gens à qui il appartient”. A titre d’exemple, et selon un décompte réalisé par la police lors d’une enquête préliminaire en 2007, Omar Bongo et ses proches possèdent ainsi 39 propriétés et 70 comptes bancaires. Des biens acquis, selon l’association plaignante, grâce à des fonds publics détournés et de l’argent sale. Le parquet français a cinq jours pour se prononcer sur cette demande d’information judiciaire.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Otan a lancé ses manoeuvres militaires en Géorgie, sur fond de crise avec la Russie