DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne : l'affaire des notes de frais à n'est plus seulement politique

Vous lisez:

Grande-Bretagne : l'affaire des notes de frais à n'est plus seulement politique

Taille du texte Aa Aa

Le scandale intéresse à présent le parquet et la police. Ils ont décidé hier d’ouvrir une enquête préliminaire pour déterminer s’il y a lieu d’engager des poursuites judiciaires. Parallèlement, Shahid Malik, secrétaire d‘état à la justice, a été suspendu de ses fonctions. Selon le Daily Telegraph, il s’est fait rembourser l‘équivalent de 75 000 euros pour une résidence secondaire et notamment 800 euros pour un fauteuil de massage.

Selon Malik, certaines informations du Daily Telegraph sont fausses. Cependant il assume le remboursement du fauteuil de massage. “Chaque député doit dépenser de l’argent en fonction de ses besoins. Certains ont besoin d’un fauteuil de massage ou d’autres choses. Je ne vais pas faire mes excuses. C’est pour cela que j’ai dit que je ne rendrais rien aux autorités.” Shahid Malik est le premier membre du gouvernement britannique à être sanctionné depuis que le scandale a éclaté. S’il est blanchi par une enquête interne, il reprendra ses fonctions. Pour l’ancien député travailliste Tony Benn, ce scandale va créer des dégâts pour la démocratie en Grande-Bretagne. “C’est bouleversant parce que ça cause du tort à tout le monde.” Le parti travailliste du premier ministre Gordon Brown n’est pas le seul touché par cette affaire qui écoeure les contribuables britanniques. Un conseiller du chef des conservateurs a démissionné. A l’approche des élections européennes, le British National Party, parti d’extrême-droite se frotte les mains en espérant récolter les fruits du mécontentement populaire.