DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les salariés de Fiat défendent leur emploi

Vous lisez:

Les salariés de Fiat défendent leur emploi

Taille du texte Aa Aa

15 000 salariés de Fiat, selon les organisateurs, ont défilé ce matin à Turin. Ces ouvriers italiens craignent que les rachats envisagés avec Opel, et déjà finalisés avec Chrysler aient des conséquences graves sur leurs emplois. Les alliances pourraient entrainer des doublons, et donc des fermetures d’usines en Italie.

“Nous sommes 5000 familles 25 000 si on compte les sous-traitants directement concernées et sans avenir, explique un manifestant. A Pomigliano, à Naples, après Fiat il n’y a que la mafia. Si Fiat ferme, nous ne pourrons pas assurer un avenir à nos enfants car la mafia va profiter de la situation.” “Comme on est en train de négocier des accords avec Chrysler et Opel, rajoute un autre, on veut savoir quel est l’avenir des usines italiennes.” Selon les syndicats, si Fiat s’emparait d’Opel, il pourrait fermer une usine en Sicile, et des sites en Allemagne, Grande-Bretagne et Autriche. Sergio Marchionne, le patron de Fiat, tente de les rassurer: “Les travailleurs peuvent être tranquilles. Nous allons respecter nos engagements. Nous allons faire tout notre possible pour éviter les dégâts qui pourraient être provoqués par la crise actuelle.” Ce que réclament les syndicats, c’est une rencontre avec la direction, et le gouvernement, tout de suite, pas quand l’affaire sera faite avec Opel. Fiat en avalant Chrysler et Opel deviendrait le n°2 mondial. Mais à quel prix pour ses salariés ?