DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sri Lanka : l'armée exhibe à la télévision le corps présumé du chef des rebelles tamouls

Vous lisez:

Sri Lanka : l'armée exhibe à la télévision le corps présumé du chef des rebelles tamouls

Taille du texte Aa Aa

L’armée sri lankaise exhibe fièrement le corps du chef des Tigres tamouls. Mais ce cadavre est-il vraiment celui de Velupillaï Prabhakaran ? La guérilla séparatiste assure que son dirigeant est vivant et en sécurité.

C’est son effigie en tout cas que l’on brûle à Colombo. Dans les rues de la capitale sri lankaise, l’heure est à la fête pour les partisans du président. Il faut dire que Mahinda Rajapaksa a réussi là où quatre de ses prédécesseurs ont échoué, venir à bout d’une des guerres civiles les plus dures. Devant le parlement, il a fait preuve de fermeté : “Depuis presque trois décennies les lois n‘étaient pas respectées dans près d’un tiers de notre pays. La liberté de notre pays est suprême. Je ne vais permettre aucun séparatisme, ni que quiconque détruise la démocratie au Sri Lanka”. Colombo assurait régulièrement faire la guerre aux rebelles – qui ont fini acculés dans le nord du pays – et non à la communauté tamoule. Mais alors que ce conflit est terminé, la classe politique tamoule modérée espère que sa communauté sera protégée. Car l’inquiétude grandit pour les victimes de ce qui fut une lutte à mort. Les agences humanitaires internationales réclament un accès total aux 250.000 civils déplacés qui s’entassent dans des camps verrouillés par l’armée. Des “centres d’internement”, selon l’association Human Rights Watch.