DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le sommet de Khabarovsk s'achève sur des désaccords

Vous lisez:

Le sommet de Khabarovsk s'achève sur des désaccords

Taille du texte Aa Aa

La Russie et l’Union européenne ont laissé éclater leurs divergences au grand jour. Le sommet de Khabarovsk s’est achevé sur de nombreux désaccords. Moscou met en garde l’UE contre une nouvelle guerre du gaz avec l’Ukraine et s’inquiète du Partenariat oriental européen avec l’Arménie, le Bélarus, l’Azerbaïdjan, la république de Moldavie, la Géorgie et l’Ukraine. Et ce, même si le diplomate en chef de l’Union, Javier Solana, a invité Moscou à participer à cette structure.

“Pour certains pays, ce Partenariat oriental est perçu comme une alliance contre la Russie” a expliqué le président russe Dmitri Medvedev. “Bien sûr, je ne vise pas la direction de l’Union européenne et nos partenaires présents à cette table. Il s’agit d’autres Etats. Mais nous ne voulons pas que le Partenariat oriental devienne un Partenariat anti-russe.” Autre point de désaccord, l‘énergie. Moscou ne veut toujours pas de la Charte sur la sécurité énergétique de 1991 qui est notamment sensée optimiser la production, la distribution et le transport de l‘énergie. “Nous comprenons parfaitement que la Russie ne soit pas d’accord avec la Charte sur l‘énergie sous sa forme actuelle” a déclaré le président de la commission européenne José Durao Barroso. “Nous comprenons aussi que la Russie soit prête à s’engager dans un processus de discussion sur certaines propositions de révision du traité sur la charte.” La guerre du gaz russo-ukrainienne, au début de l’année, avait privé de gaz un grand nombre de pays européens. Le président de la commission européenne a rappelé que les 27 avaient proposé la mise en place d’un mécanisme de prévention pour le pétrole, le gaz et l‘électricité. L’accord est toujours en discussion.