DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie/Union européenne : des relations commerciales largement dominés par l'énergie

Vous lisez:

Russie/Union européenne : des relations commerciales largement dominés par l'énergie

Taille du texte Aa Aa

Les relations commerciales entre la Russie et l’Union européenne sont hérissés de sujets polémiques. Les européens attendent toujours de la Russie qu’elle fasse bouger les grands dossiers qui bloquent son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce, par exemple sur les taxes imposées aux importations de bois ou bien les taxes imposées aux compagnies aériennes survolant la Sibérie. Bruxelles reproche un certain protectionnisme à Moscou, affirmant que la Russie doit prouver qu’elle veut réellement adhérer à l’OMC. Moscou s’impatiente. De son côté Moscou commence à perdre patience, je cite “après plus de 10 ans d’efforts pour rejoindre l’Organisation”.

Les flux commerciaux entre la Russie et l’Union européenne sont positifs pour Moscou qui a importé 105 milliards d’euros de biens et services en 2008 – soit trois fois plus qu’en l’an 2000 – et en a exporté pour 173 milliards dont les ventes de gaz représentent 68%. L‘énergie est également un sujet délicat : le sommet de Sibérie survient seulement quatre mois après la crise du gaz russo-ukrainienne et les questions qu’elle a à nouveau suscitées sur la fiabilité du fournisseur russe. Moscou avec son gazoduc South Stream qui contournera l’Ukraine, essaie de prendre de cours le projet Nabucco soutenu par l’Occident. Moscou a déjà obtenu l’accord de l’Italie, de la Bulgarie, de la Grèce et de la Serbie pour son gazoduc. Quand au projet Nabucco il permettrait aux pays occidentaux consommateurs de gaz, de se fournir auprès d’autres pays que la Russie et d’arriver par la diversification de ses approvisionnements à une certaine indéependance énergétique