DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les salariés de Fiat inquiets pour leurs emplois alors que leur entreprise tente de racheter Opel

Vous lisez:

Les salariés de Fiat inquiets pour leurs emplois alors que leur entreprise tente de racheter Opel

Taille du texte Aa Aa

Les salariés de l’usine de Termini en Sicile se sont mis en grève ce samedi matin pour sauver leur usine, menacée selon eux par la prise de contrôle que tente en ce moment le groupe Fiat sur l’Allemand Opel.

Le patron de Fiat, Sergio Marchionne, a avoué que le dossier était difficile en raison de l’approche d‘échéances électorales en Allemagne et des risques de nombreuses suppressions d’emplois. La préférence du gouvernement allemand irait en fait plutôt à un autre groupe candidat à la reprise d’Opel, l‘équipementier automobile austro-canadien Magna. Dans son offre, celui-ci aurait en effet promis de conserver les quatre sites de production allemands d’Opel. Le repreneur d’Opel devrait être désigné la semaine prochaine, après une ultime réunion ministérielle lundi. Quoi qu’il en soit, Fiat comme Magna envisagent de supprimer 10.000 em plois en Europe.