DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Oeuvres "hallucinatoires" ou intimes présentées vendredi à Cannes

Vous lisez:

Oeuvres "hallucinatoires" ou intimes présentées vendredi à Cannes

Taille du texte Aa Aa

“Créer des réactions me plaît” dit Gaspard Noé. Il ne devrait donc pas être déçu avec son long métrage “Soudain le vide”, présenté en compétition au festival de Cannes. Sept ans après le très controversé “Irréversible”, Noé explore la ville de Tokyo d’une manière unique, à travers Oscar, jeune trafiquant de drogue abattu par la police et dont l’esprit plane dans la ville au dessus de sa soeur.

Une oeuvre qualifiée d’ “hallucinatoire” par un Gaspard Noé qui souligne que chacun des plans a fait l’objet d’un travail sur les effets spéciaux et les truquages. Pour “The times that remains”, le temps qui reste, le ton est intime et burlesque. Pour la première fois à Cannes et en compétition, Elia Suleiman décrit la vie d’une famille palestinienne de Nazareth sur plusieurs décennies depuis la naissance de l’Etat d’Israël. Derrière l’enchaînement des scènes tragi-comiques, le réalisateur parvient à faire ressortir les enjeux géopolitiques de la région.