DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Belgique demande une solution européenne pour Opel et les autres filiales de General Motors en Europe

Vous lisez:

La Belgique demande une solution européenne pour Opel et les autres filiales de General Motors en Europe

Taille du texte Aa Aa

Une demande qui intervient alors que Berlin doit dire aujourd’hui quel repreneur à sa préférence.

Le gouvernement d’Angela Merkel devrait annoncer son choix entre les quatre offres qui lui ont été soumises mais il est divisé. Les 26 000 emplois et les quatre usines d’Opel Allemagne pèsent lourds à moins de cinq mois des législatives. Le plan de reprise d’Opel Allemagne s’inscrit dans la restructuration de toutes les filiales de General Motors en Europe. Outre l’Allemagne, l’Espagne, et la Pologne avec Opel, le Royaume-Uni avec Vauxhall et Saab en Suède sont aussi concernées soit plus de 55 000 emplois au total. Pour Opel Allemagne, Fiat a déposé une offre mais son pdg Sergio Marchionne s’est attiré les foudres des syndicats en refusant de les rencontrer. “On va tout essayer pour mettre en oeuvre notre ligne : pas de fermeture d’usines et pas de licenciements en Europe”, explique leur représentant. Le gouvernement allemand exige des engagements sur l’emploi et les sites industriels en contrepartie des garanties des pouvoirs publics. La piste favorite du groupe austro-canadien Magna semble aujourd’hui moins soutenue selon la presse d’Outre-Rhin. Les groupes RHJ international et le chinois BAIC ont eux aussi déposé des offres mais si Berlin donne sa préférence c’est bien GM qui aura le dernier mot pour Opel et les autres.