DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement allemand juge les offres de reprise encore trop faibles pour Opel et pourrait reporter sa décision

Vous lisez:

Le gouvernement allemand juge les offres de reprise encore trop faibles pour Opel et pourrait reporter sa décision

Taille du texte Aa Aa

Tout est prêt pour que le gouvernement allemand désigne le repreneur du constructeur Opel et ses milliers de salariés : et notamment la voie juridique qui est ouverte pour une séparation entre Opel et sa maison-mère. Tout est prêt, sauf le gouvernement allemand qui trouve encore trop faibles les offres des candidats à la reprise d’Opel et le choix du repreneur sera peut-être reporté après la réunion de mercredi soir.

“Le gouvernement n’avance encore aucune préférence entre les offres concurrentes, a affirmé le ministre allemand des finances Peer Steinbrück. Mais il est toutefois possible qu’un candidat émerge des discussions nocturnes à venir. Au sein du gouvernement nous nous sommes mis d’accord pour étudier toutes les offres de la même manière”. Une réunion au sommet est prévue à Berlin en début de soirée avec des représentants du gouvernement et des Etats régionaux concernés, des représentants de General Motors et des trois candidats à la reprise : Fiat, Magna et la holding RHJ International. Jusqu‘à présent, l‘équipementier auto Magna, allié à la banque semi-publique russe Sberbank, faisait figure de favori, bénéficiant d’une image plus sociale que celle de Fiat mais le montage financier de l‘équipementier apparaît hautement risqué. En jeu dans ce dossier : Opel, sa jumelle britannique Vauxhall et les usines européennes de pièces automobiles de General Motors qui emploient 55.000 personnes en Europe.