DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dossier Opel : Bruxelles ne veut pas de discrimination dans les aides au maintien des sites européens du constructeur

Vous lisez:

Dossier Opel : Bruxelles ne veut pas de discrimination dans les aides au maintien des sites européens du constructeur

Taille du texte Aa Aa

Au delà des frictions avec Washington sur Opel, le gouvernement allemand va devoir s’expliquer vendredi devant ses partenaires européens et la Commission européenne qui veut éviter que la survie des sites d’Opel en Allemagne grâce aux aides gouvernementales, ne se fasse au détriment des autres usines de General Motors en Europe : en Belgique, Pologne, Espagne et Grande Bretagne notamment.

“Il ne peut pas y avoir de conditions discriminatoires, a affirmé le porte-parole du Commissaire européen à la concurrence. On ne peut pas avoir une situation dans laquelle l’aide de l’Etat est proposée dans un pays membre pour une fermeture d’usine par exemple et pas dans un autre”. Le dernier rebondissement du dossier Opel qui a provoqué la colère du gouvernement allemand c’est la demande de financement de 300 millions d’euros faite mercredi soir par General Motors pour sa filiale, au cours de la réunion au sommet qui “a accouché d’une souris”.

“Nous avons assisté à une réunion pour laquelle, et je dis cela à propos des américains, ils n‘étaient pas bien préparés. Et c’est pourquoi, poursuit cet analyste chez Global Insight, cette réunion n’a pas débouché sur un mauvais résultat, elle s’est terminée sans résultat car elle a été tout simplement suspendue”.

Les deux candidats encore en lice : l‘équipementier auto Magna et le constructeur italien Fiat se sont dits près à aider Berlin : Magna a proposé d’avancer les 300 millions d’euros demandés par General Motors contre la garantie de l’Etat fédéral allemand.