DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlin soulagé par la reprise d'Opel par Magna

Vous lisez:

Berlin soulagé par la reprise d'Opel par Magna

Taille du texte Aa Aa

C’est sans doute la fin du feuilleton Opel : l’annonce de la reprise de la marque allemande par l‘équipementier austro-canadien Magna. Opel quitte donc le giron de sa maison-mère General Motors. Il faut dire que le groupe américain est à l’agonie.

A Berlin, on pousse un ouf de soulagement, car la solution Magna permet de sauver non seulement la marque, mais aussi les sites de production et une grande partie des emplois. “Les négociations, du fait de leur structure particulière, ont été un test pour les relations transatlantiques, a ainsi expliqué la chancelière allemande. Angela Merkel a reconnu s‘être entretenue au téléphone avec le président américain. “Nous avons convenu de faire tout notre possible pour trouver une solution à ce dossier complexe, et pour parvenir à un résultat satisfaisant. Cet esprit nous a guidé dans les négociations avec le gouvernement américain”, a-t-elle précisé. Le montage financier, conclu la nuit dernière, est complexe : la société canadienne Magna est adossée à la banque russe Sberbank et alliée au constructeur russe Gaz. Quant au gouvernement allemand, il va avancer un milliard et demi d’euros pour en quelques sorte assurer la jointure entre General Motors et Magna. Le sort de la marque allemande a fait l’objet d’intenses tractactions ces derniers jours. L’enjeu était de taille : Opel emploie plus de 50 000 personnes à travers l’Europe, dont la moitié en Allemagne.