DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Santiago Calatrava, Architecte

Vous lisez:

Santiago Calatrava, Architecte

Taille du texte Aa Aa

“L’architecture est souvent associée à des concepts financiers, économiques : c’est un raisonnement ridicule car les oeuvres nous survivent”

Aimé ou detesté; les demi-mesures ne sont pas pour Santiago Calatrava, architecte espagnol qui réorganise l’espace en s’inspirant de la nature. Il se définit d’abord comme un artiste, mais il est surtout connu pour ses grandes oeuvres architecturales.

“Un architecte est un philantrope”, a-t il dit à Euronews. Il y a eu une époque pendant laquelle on construisait les villes pour durer. Aujourd’hui la logique de consommation fait partie du modéle de developpement urbain. Si l’architecture reste, avant tout, le signe le plus concret de une civilisation, elle est aussi porteuse d’une dimension sacrée depuis la nuit des temps. Euronews “Comment redonner un sens sacré à un lieu et en fait redonner un sense sacré à la vie?” Santiago Calatrava, architecte international “Vous savez que l’architecture, selon Vitruvio, avait trois qualités: l’utilité, la beauté et la solidité. Solidité veut dire aussi pérénnité, ça veut dire la permanence dans le temps. Dans le fond, notre vision est très influencée par la vision biblique selon laquelle il y a quelque chose de divin dans chaque personne. ça veut dire qu’on croit à l’idée selon laquelle dans chaque personne il y a quelque chose de spécial et de sacrée et de divin. C’est quelque chose qui illumine notre façon de comprendre l’architecture. Et ça signifie aussi que dans le fond l’architecture n’est pas seulement un instrument en soi. Mais nous percevons le sens héréditaire de l’architecture, elle-même comme support de la mémoire d’une époque. L’architecture est souvent associée à des concepts financiers et économiques; c’est à dire que le temps d’amortissement d’un investissement doit être égal au taux d’intérêt que me rapporterait cet argent si je le mettais sur un compte bancaire. C’est un raisonnement ridicule. Car les oeuvres nous survivent. Euronews Aux pays qui utilisent le secteur du bâtiment et des travaux publics pour redonner de l’oxygène à l‘économie qu’est-ce que vous dites? S. Calatrava Je pense qu’une des mesures importantes à prendre dans cette période de crise est de créér des oeuvres infrastructurelles nouvelles, modernes. Et c’est une occasion unique pour amener ces infrastructures vers les endroits les plus éloignés. Une des choses bien réussies en Espagne, selon moi, c’est que la ligne à grande vitesse n’a pas été envisagée pour relier Madrid et Barcelone mais Madrid et Seville et ça pour éviter le phénomène qui veut que les régions du sud moins développées restent déconnectées du nord plus dévoloppé. Il faut continuer dans cette direction. Euronews Les grands chantiers (les écluses à Venise, le pont de Messine ou la liaison ferroviaire à grande vitesse dans le nord de l’Italie par exemple), sont très contestés. Quel est votre avis? S. Calatrava Il y a deux aspects. D’un coté l’aspect environemental qu’il faut respecter . Aujourd’hui on est plus dans la même situation qu’il y a 30 ou 40 ans. Aujourd’hui il faut faire des oeuvres beaucoup plus belles, plus adaptées et avec un impact environemental beaucoup plus contrôlé. Je pense que le côut de ces oeuvres n’est rien à côté de la quantité de millions, même de milliards et de milliers de milliards qu’on est en train d’injecter pour régénérer une économie de papier, une économie purement administrative. Quand on pense que les Etats aujourd’hui sont en train de donner de l’argent aux banques pour les sauver et que ce qui va nous rester de tout ça à la fin n’est rien d’autre que la possibilité de demander encore des crédits …..???? Par contre, construire un pont, une autoroute, une nouvelle ligne à grande vitesse c’est un service qui est là et qui reste pour toujours, et qui offre un service aux citoyens .. et ça côute beaucoup moins cher. Euronews Vous êtes en faveur d’une Europe “forteresse” ou d’une Europe de ponts multiculturels? Il n’y a aucun doute que mon Europe, c’est l’Europe des ponts, parce que c’est ce que je fais. De toute façon, je pense que l’histoire de l’Europe s’est construite avec des liens, des ponts, depuis les anciens monastères jusqu‘à l’université. Pour moi une des institutions les plus efficaces c’est l’université. Elle contient la notion d‘échanges, de voyages et de rencontres. Euronews C’est plus facile d‘être architecte en Europe ou aux Ètats Unis? S. Calatrava Je crois qu’ici en Europe on vit dans une sorte de pâte, de salade : on va trouver dans les églises une partie qui correspond à l’art roman, et on va trouver, peut-être même des restes qui remontent au temps des romains, et puis on peut trouver encore une partie gothique, et aprés on peut avoir un autre secteur de la ville plutôt renaissance ou baroque… on vit entre plusieurs siécles. Aux Ètats Unis tout est beaucoup plus contemporain, de notre temps. Euronews Ground Zero, l’attaque du 11 septembre: ce sont des attaques contre des personnes et contre un symbole architectural de New York. Qu’est-ce que ça vous a fait ? S. Calatrava L’homme est au centre de l’architecture. Imaginons que ces bâtiments aient été des conteneurs qui auraient été attaqués par d’autres conteneurs remplis d’autres personnes : ce qui ressort c’est un grand mépris pour l’humanité. La seule façon de réparer ça c’est avec de l’amour, une grande générosité et une grande foi, pas seulement dans notre perception de la vie mais aussi par le respect des autres, et à travers ce respect, lui-même sublimé par la force et par la matiére que représente l’architecture comme suppport de la mémoire.”