DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections européennes en Italie: état des lieux

Vous lisez:

Elections européennes en Italie: état des lieux

Taille du texte Aa Aa

Pour ou contre Silvio Berlusconi, voilà à quoi en sont réduites les élections européennes en Italie. Pas vraiment de campagne électorale, peu de débats de fond… A une semaine du scrutin, ce qui ressort, c’est le fait que Berlusconi est le seul chef de gouvernement en Europe à être candidat au parlement européen. Il déclarait aujourd’hui qu’il voulait faire de son parti “le peuple des Libertés” la première force du Parti populaire européen.

“Berlusconi veut transformer les élections européennes en un plébiscite pour son gouvernement”, explique l’analyste politique James Walston. “Il veut pouvoir dire à l’Italie et aux 27 qu’il est l’homme le plus populaire d’Europe.” La gauche tente de son côté de revenir aux enjeux de ce scrutin européen, comme le chef du parti démocratique, Dario Franceschini, qui accuse Berlusconi de ne pas se battre contre les effets de la crise économique, ou d’autres qui critiquent les récentes lois criminalisant l’immigration clandestine. D’autres “personnalités” tentent de mener le débat sur un autre terrain. Pourtant adepte de concours de danse télévisé, l’un des descendants de la famille royale italienne, Emmanuelle Philibert de Savoie, regrette que “l’Italie ne soit jamais prise au sérieux dans l’arène politique”. Candidat d’un petit parti centriste, l’Union des chrétiens démocrates, il explique que “c’est une honte pour l’Italie qui mérite mieux”. Certains diront à qui la faute ? En Italie, à ce jour, il est question de tout sauf d’Europe. L’affaire de la jeune Noemi Letizia qui a aboutit à la demande de divorce de Madame Berlusconi, est encore le scandale qui occupe toute la place publique.