DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le vieux General Motors est mort : vive le nouveau GM !

Vous lisez:

Le vieux General Motors est mort : vive le nouveau GM !

Taille du texte Aa Aa

A 8 heures du matin heure de New York, un des grands symboles industriels du monde occidental, le constructeur automobile américain General Motors a déposé son bilan pour se restructurer avec le soutien de l’Etat Fédéral américain en demandant la protection de la loi américaine sur les faillites. Quelques heures plus tard, le Président américain Barack Obama s’est exprimé sur ce sujet.

“En travaillant avec ma cellule d’experts automobile, General Motors et ses actionnaires sont arrivés à un plan viable, faisable qui devrait donner à cette icône des compagnies américaines une chance de repartir. C’est un plan taillé pour les réalités du marché automobile d’aujourd’hui. Un plan qui place General Motors en direction des profits, même si notre économie prend plus de temps que prévu à retrouver la croissance”. C’est le gouvernement américain qui va gérer à présent les affaires du constructeur même s’il se défend de vouloir intervenir dans sa gestion quotidienne. Contre 60% du capital du nouveau General Motors, l’Etat fédéral va devoir financer le constructeur à hauteur de 30 milliards de dollars après les 20 milliards versés depuis le début de l’année. Pendant sa restructuration sous contrôle judiciaire, qui pourrait durer de 60 à 90 jours, le constructeur continuera à fonctionner normalement : il honorera notamment ses garanties à ses clients et ses concessionnaires. “C’est la fin d’une époque et c’est une fin d‘époque malheureuse, explique un propriétaire de Chevrolet en Virginie, mais je pense aussi que c’est un début : nous allons avoir un redémarrage plus fort dans l’industrie automobile et je pense que c’est une bonne chose. Oui je pense que c’est une bonne chose”. General Motors va réduire la voilure avec une nouvelle compression des effectifs : 40% des concessionnaires GM vont disparaître et de nombreuses usines vont fermer. Une fois restructuré, les analystes estiment que General Motors sera un acteur moyen du marché automobile, assez loin de sa puissance des années 70.