DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

République tchèque : un vote test dans un pays en pleine crise politique

Vous lisez:

République tchèque : un vote test dans un pays en pleine crise politique

Taille du texte Aa Aa

Le pays qui préside l’Union poursuit l‘élection européenne ce samedi. La République tchèque a organisé le vote sur deux demi-journées. Une façon peut-être de conjurer le spectre de l’abstention. Mirek Topolanek, l’ancien premier ministre libéral, dont le gouvernement a été démis fin mars par une motion de censure, espère regagner des points avant les législatives d’octobre. A l’origine de sa chute, les sociaux-démocrates de Jiri Paroubek. A en croire les sondages, ce sont eux qui sont en tête pour le scrutin européen. La République tchèque va disposer de 22 sièges dans le prochain Parlement européen. Et l’ODS, le parti de Topolanek, a déjà fait savoir qu’il formerait un nouveau groupe antifédéraliste avec les conservateurs britanniques et des alliés polonais. Le jeu des alliances ne fait que commencer. Mais pour connaître la physionomie du prochain hémicycle européen il faudra attendre dimanche soir.

Les pays qui sont appelés à voter ce samedi, les voici en jaune sur la carte : outre la République tchèque, il s’agit de la Lettonie, la Slovaquie, Malte, Chypre et l’Italie. L’ironie veut que la République tchèque, le pays qui préside l’Union jusqu‘à la fin du mois, soit aussi un de ceux qui n’aient pas encore achevé la ratification du Traité de Lisbonne. Elle attend toujours la signature finale du président Klaus, un eurosceptique convaincu.