DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'extrême-droite renforce sa présence au sein du parlement


monde

L'extrême-droite renforce sa présence au sein du parlement

Dès jeudi, la tendance était donnée aux Pays-Bas, avec l’annonce de résultats officieux : la formation de Geert Vilders, le Parti pour la liberté, ouvertement islamophobe et anti-européen, s’est placée en deuxième position avec plus de 16% des suffrages, derrière les chrétiens-démocrates.

Le Parti national britannique (BNP) aura deux représentants dans l’enceinte européenne. C’est une première pour ce parti d’extrême-droite, qui jusque-là n’avait aucun député ni à Bruxelles, ni même à Westminster. Ce parti a surfé sur la vague du mécontement lié au scandale des notes de frais, et à l’impact de la crise économique. En Autriche, le FPÖ obtient plus de 13% des suffrages. C’est le double des résultats obtenus en 2004. Le BZÖ, parti populiste créé après une scission avec le FPÖ en 2005, obtient, lui, près de 5%. Très forte progression de l’extrême-droite en Finlande. Le parti “les vrais Finlandais”, dirigé par Timo Soini, flirte avec les 10%. Il devrait ainsi occuper un des treize sièges de la Finlande au parlement. “La Hongrie appartient aux Hongrois”, c’est avec ce slogan que Jobbik, l’extrême-droite hongroise avait fait campagne, et cela a marché apparremment, puisque la liste emmenée par Kristina Morvai obtient 14% des voix, devenant ainsi la troisième force politique du pays. Enfin, le Parti de la grande Roumanie fait son retour sur la scène européenne. Dirigée par Vadim Tudor, la formation d’extrême-droite est en mesure d’envoyer deux représentants au parlement européen.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vague bleue pour le Parti Populaire en Espagne