DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Shell paie pour protèger sa réputation

Vous lisez:

Shell paie pour protèger sa réputation

Taille du texte Aa Aa

Ken Saro-Wiwa restera à jamais le symbole de la lutte pour l‘écologie au Nigéria. Cet écrivain a été éliminé par le gouvernement en 1995, et le groupe anglo-néerlandais Shell, considéré comme complice dans sa mort. 14 après, la compagnie pétrolière, qui a jusque là toujours rejeté ces accusations accepte aujourd’hui de payer plus de 11 millions d’euros pour régler le litige devant la justice américaine, et lui éviter l’embarras d’un procès. Pour l’un des avocats des plaignants, c’est un message : “A Shell et aux groupes pétroliers qui opérent dans le Delta du Niger ou ailleurs nous envoyons ce message, avertit Marco Simons, on ne peut pas violer les droits de l’Homme, aider les soldats à commettre des abus en toute impunité, sans avoir à rendre des comptes.”

L‘écrivain et militant écologiste Ken Saro-Wiwa avait réussi à interrompre les activités de Shell dans le sud du Nigeria. Il accusait le groupe de polluer l’environnement et de justifier la présence des militaires dans le Delta du Niger. Au terme d’une parodie de procès, le régime militaire au pouvoir en 1995, avait pendu ce partisan de la non-violence.