DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie-Libye : du lourd passé colonial aux pétrodollars

Vous lisez:

Italie-Libye : du lourd passé colonial aux pétrodollars

Taille du texte Aa Aa

Le colonel Khadafi n’en est pas à une ambiguïté près. Sur la photo qu’il arborait ce mercredi, Omar al Mokhtar, héros national, symbole de la résistance libyenne contre l’occupant italien.

Une résistance armée, une guerilla, qu’il mènera dès les premières heures de l’occupation en 1911 jusqu‘à son arrestation le 12 septembre 1931. Trois jours plus tard il sera jugé et après un procès éclair, condamné à mort et exécuté. Au total, jusqu’en 1942, quand l’Italie se retire, des dizaines de milliers de Libyens ont été chassés ou tués. Ainsi donc L’homme qui a officiellement accepté les excuses solennelles de l’Italie le 30 aout dernier tient à rappeler à son hôte que cet accord n’efface pas totalement la dette italienne. Cet accord est d’abord économique : Rome versera 5 milliards d’euros sur 25 ans à Tripoli sous forme d’investissements dans des infrastructures, logements, autoroutes. En échange, la Libye s’est engagée à garantir à l’Italie un accès privilégié aux ressources naturelles du pays qui fournit déjà 25% du pétrole et 33% du gaz consommé en italie, et à l’aider à lutter contre l’immigration clandestine. En 2008 près de 37.000 clandestins ont débarqué en Italie, 75% de plus que l’année d’avant. La grande majorité passent par la Libye. Les ressortissants africains peuvent en effet s’y rendre sans visa. Quant à l’Italie, c’est la première porte d’entrée de l’Europe. Aux termes de l’accord, Rome est autorisée à transférer en Libye les clandestins interceptés en pénétrant dans les eaux territoriales libyennes. Par ailleurs pour contrer l’argument du manque de moyens, l’Italie a fait cadeau il y a quelques semaines de quatre navires patrouilleurs à Tripoli et celle ci a accepté les patrouilles mixtes dans ses eaux territoriales. Au fond, un accord assez bien résumé par Sylvio Berlusconi lui même “des excuses et des dédommagements contre moins de clandestins et plus de gaz et de pétrole… Mais un pacte qui sonne comme un rapport de domination neocolonial pour de nombreux libyens.