DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran: Fin de campagne virulente

Vous lisez:

Iran: Fin de campagne virulente

Taille du texte Aa Aa

Jamais depuis la Révolution islamique, une campagne électorale en Iran n’avait eu une telle liberté de ton. Une liberté qui a donné lieu pour la première fois en direct à la télévision à des attaques verbales assez violentes. Le président sortant Mahmoud Ahmadinejab a ainsi accusé les partisans de son principal adversaire le modéré Mirhossein Moussavi de corruption. Dans sa ligne de mire, l’ancien dirigeant Rafsandjani. Ce dernier a réclamé un droit de réponse sur la chaîne nationale. Non seulement sa demande a été refusée mais le dirigeant sortant s’est vu lui octroyer un nouveau temps d’antenne. Objectif: contester les accusations de ses adversaires.

Même dans les rues de Téhéran, les partisans des quatre candidats à la présidentielle de vendredi ont osé porter haut les couleurs de leur champion. Vert pour le réformateur Moussavi dont la popularité n’a cessé de croître, le drapeau iranien pour Ahmadinejad. L’ex-Premier ministre, un modéré de 67 ans, a promis d’améliorer les relations avec l‘étranger. Mahmoud Ahmadinejad cherche lui à défendre son image d’homme du peuple. L’issue de cette élection s’annonce très serrée. Plus de 60% de la population iranienne à moins de 30 ans. Le vote des jeunes sera donc une des clés du scrutin.