DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran: Les adversaires d'Ahmadinejad muselés

Vous lisez:

Iran: Les adversaires d'Ahmadinejad muselés

Taille du texte Aa Aa

A chacun son champion. Dans les rues de Téhéran, la campagne électorale entre dans sa dernière ligne droite. Dès vendredi, les Iraniens se choisissent un nouveau président et le ton monte entre les deux principaux candidats par médias interposés. A l’origine de ce durcissement, les accusations de corruption lors d’un débat télévisé du président sortant Ahmadinejad à l’encontre des partisans de son adversaire, le réformateur Mirhossein Moussavi. Parmi eux, l’ancien président Rafsandjani. Ce dernier a réclamé un droit de réponse sur cette même chaîne. Non seulement sa demande a été refusée mais le dirigeant sortant s’est vu attribuer un nouveau temps d’antenne pour contester les accusations de ses adversaires. S’en est trop pour les partisans de Moussavi. Devant le bâtiment de la télévision nationale, ils n’avaient qu’un mot: “honteux”. “Cette nouvelle interview aura un effet négatif sur les votes d’Ahmadinejad explique ce partisan de Moussavi, car notre peuple possède une bonne capacité de jugement. Il n’est pas du genre à penser qu’une personne est crédible quand une télévision soutient quelqu’un en particulier. Les gens ont vu ses mensonges. “

De plus en plus populaire le conservateur modéré Mirhossein Moussavi est en train d‘éclipser les trois autres candidats à la présidentielle iranienne. Pour sa campagne, il a fait confiance aux nouvelles technologies. “Nous sommes dans un monde de communication explique ce militant. Ce n’est plus possible de cacher la vérité, ce n’est pas si facile de mentir, de manipuler les sondages. Grâce à internet les informations passent très vite.” Plus de 60% de la population iranienne est âgée de moins de 30 ans. Le vote des jeunes sera une des clés du scrutin qui se tient vendredi en Iran.