DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barroso : la reconduction officielle attendra

Vous lisez:

Barroso : la reconduction officielle attendra

Taille du texte Aa Aa

José Manuel Barroso espérait une reconduction rapide et sans entraves. Ce ne sera sans doute pas aussi simple. Le président de la Commission européenne sortante devra se contenter dans un premier temps d’un soutien de principe. Soutien que lui accorderont les dirigeants européens au sommet de jeudi et vendredi. Mais le Français Nicolas Sarkozy et l’Allemande Angela Merkel ont posé leurs conditions. Il va devoir présenter un programme ambitieux pour les cinq prochaines années, et surtout obtenir l’appui d’un Parlement européen très partagé sur sa candidature à la session inaugurale de la mi-juillet. Il a beau pouvoir compter sur le Parti populaire européen, première force politique de l’hémicycle, les anti-Barroso s’escriment à rassembler une majorité pour lui faire barrage. Son plus féroce détracteur, le vert Daniel Cohn-Bendit, mène la fronde et a bien l’intention de lui trouver un challenger. Mais chaque chose en son temps :

“Moi, je crois que la majorité démocrates libéraux, verts, socialistes, extrême-gauche, est une majorité suffisante pour dire non à la procédure en juillet. Il y a des personnalités qui sont capables. Elles n‘émergeront qu’après le moment où on aura bloqué Barroso. C’est toujours comme cela que ça fonctionne. Si on dit leurs noms maintenant, on les brûle,” a-t-il lancé. L’analyste Pascal Delwit rappelle, lui, que les gouvernements, de droite comme de gauche, s’accommodent du candidat Barroso, et ajoute : “Au niveau du Parlement européen, l’opposition à la reconduction d’un mandat n’est pas nécessairement une opposition majoritaire, encore moins une opposition homogène. Il n’y a pas une personnalité à même d’agréger un groupe aussi important que les socialistes, les verts et les libéraux.” Le Parlement pourrait jouer la montre et retarder la nomination jusqu’au référendum irlandais sur le Traité de Lisbonne à l’automne. Car sous Lisbonne, l’avènement d’une Commission Barroso bis serait plus difficile.