DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le bras-de-fer en Iran se déroule aussi sur la toile

Vous lisez:

Le bras-de-fer en Iran se déroule aussi sur la toile

Taille du texte Aa Aa

En Iran, l’affrontement ne se déroule pas que dans la rue, mais aussi sur internet. Avec un enjeu : l’information.

Face à la contestation des résultats de la présidentielle, les autorités ont très vite compris que leur intérêt était d’empêcher les nouvelles de circuler. D’où le blocage de nombreux sites internet, notamment ceux tenus par des opposants. Même les réseaux sociaux sont censurés. Il est ainsi impossible aux internautes iraniens de diffuser des photos, des vidéos ou même du texte sur Youtube et sur Facebook. Ce partisan du conservateur modéré Moussavi réagit : “Le gouvernement pense qu’en bloquant les sites internet et en coupant les liaisons des téléphones portables, il va empêcher les protestations. Mais ce qu’il ne sait pas, c’est que, même sans internet, les gens arriveront à leurs fins”. Un des derniers moyens de communiquer avec l’extérieur, c’est par le site de partage Twitter qui permet un échange d’informations très courtes. En Iran, près d’un tiers de habitants surfe sur internet. Ce qui explique en grande partie, la bataille qui se joue actuellement par écrans interposés. Par ailleurs, depuis l’annonce des résultats officiels, l’organisation de défense des journalistes, Reporters sans frontières (RSF) dénonce une censure massive, l’arrestation de plusieurs journalistes iraniens, dont des bloggeurs, ainsi que les restrictions imposées aux journalistes étrangers.