DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grandiose inauguration en vue pour le musée de l'Acropole

Vous lisez:

Grandiose inauguration en vue pour le musée de l'Acropole

Taille du texte Aa Aa

C’est le grand jour pour le tout nouveau musée de l’Acropole. Après une répétition réussie hier soir, le bâtiment né de l’imagination de l’architecte franco-suisse Bernard Tschumi, sera inauguré en grande pompe ce soir.

L’occasion pour la Grèce de relancer sa campagne pour le retour des célèbres frises du Parthénon, arrachées du fronton du temple en 1806 par les Britanniques. Voilà 30 ans qu’Athènes réclame en vain leur retour. Dans le nouveau musée, elles ont été remplacées par des répliques en plâtre. Antonis Samaras, ministre de la Culture a estimé que, “le visiteur qui suivrait ces 160 mètres de frise autour du musée aurait certes l’impression de se trouver au Parthénon, mais qu’il prendrait aussi conscience de notre dénonciation constante et silencieuse.” C’est ici, au British Museum de Londres, que les fameuses frises sont hébergées depuis 200 ans. L’argument des Britanniques est qu’elles ont ainsi été protégées des pluies acides et de la pollution. D’ailleurs, la porte-parole du musée ne voit pas l’intérêt d’un rapatriement à Athènes. “Il est intéressant de noter que les Grecs ne parlent pas de remettre ces frises sur le fronton de l’Acropole, dit-elle. Ces statues ne peuvent pas être réappliquées au bâtiment. Personne ne l’envisage aujourd’hui. Ce sont des objets de musée, ils appartiennent au patrimoine artistique mondial !” Il n’empêche que l’Association pour le regroupement des oeuvres du Parthénon, qui réunit 17 pays, plaide pour la restitution des frises à la Grèce à l’occasion des jeux olympiques de Londres en 2012.