DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La contestation et la répression montent d'un cran en Iran

Vous lisez:

La contestation et la répression montent d'un cran en Iran

Taille du texte Aa Aa

Le chef de la police iranienne avait menacé d’une répression ferme. Des milliers de manifestants sont pourtant de nouveau descendus dans les rues de Téhéran hier pour contester la réélection du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. De violents heurts ont éclaté. La police anti-émeute a tiré sur les opposants. Des témoins cités sur la toile parlent de plusieurs morts. Dans le même temps, un attentat suicide a fait au moins deux morts devant un lieu hautement symbolique : le mausolée de l’imam Khomeiny, le père de la République islamique.

Le chef de l’opposition, Mir Hossein Moussavi, qui réclame toujours l’annulation des résultats du scrutin, s’est dit prêt à devenir un martyr et à continuer la lutte. Dans une déclaration publiée sur son site internet, il s’est lancé dans une critique sans précédent contre le guide suprême qui vendredi, avait appelé à cesser la contestation dans la rue et apporté son soutien au président sortant. Au 8ème jour de la crise, on assiste à une escalade de la violence et apparemment de la répression. Il y aurait eu des dizaines d’arrestations. De nouveaux affrontements pourraient avoir lieu ce dimanche. A Washington, Barack Obama s’est fait plus ferme: le président américain a appelé le gouvernement iranien à “mettre fin à tous les actes de violence et d’injustice contre sa propre population.”