DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Echec en Italie du référendum sur une nouvelle loi électorale

Vous lisez:

Echec en Italie du référendum sur une nouvelle loi électorale

Taille du texte Aa Aa

Le texte n’est pas passé faute d’un nombre d‘électeurs suffisant. Le taux de participation est monté à 23%, bien loin des 50% requis.

La réforme proposée visait à augmenter les seuils d’entrée des partis politiques au parlement… En pratique, elle aurait défavorisé les petites formations comme la Ligue du Nord, dont Roberto Calderoli est membre : “C’est le pire résultat jamais enregistré pour un référendum. Ca veut dire que les gens ont répondu à notre appel de ne pas voter, car ce référendum est une fraude qui aurait fait du tort non seulement à la Ligue du Nord mais aussi à la démocratie”. Faute de ce quorum de 50% des électeurs, aucun référendum n’est passé depuis 1975 en Italie. Mario Segni, à l’origine du réféfrendum, espère qu‘à présent c’est le parlement qui va voter la réforme : “Presque tous les partis, 90% d’entre eux, ont dit qu’ils voulaient modifier la loi électorale, qui est considérée comme la pire. En trois ans, ils ne s’est rien passé. Le parlement doit maintenant se prononcer, et tous, ceux qui ont voté non, ceux qui ont voté oui, vont pouvoir tenir les promesses faites aux Italiens”. De nombreux Italiens votaient également pour le second tour d‘élections municipales et provinciales partielles… Scrutin dans lequel la gauche a mieux résisté que prévu, en conservant notamment les villes de Florence et Bologne.