DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une nouvelle manifestation dispersée dans la violence à Téhéran

Vous lisez:

Une nouvelle manifestation dispersée dans la violence à Téhéran

Taille du texte Aa Aa

Si l’on en croit les informations qui arrivent à filtrer d’Iran et ces images amateur postées sur internet, un rassemblement d’un millier de personnes a brièvement eu lieu hier dans le centre de la capitale iranienne, avant que la police n’utilise des gaz lacrymogènes et ne tire en l’air pour disperser la foule.

Les milices Bassidj, dont les membres circulent à moto et sont armés de matraques et de cables d’acier, ont pris part aux affrontements. Une soixantaine de personnes ont été arrêtées. Les Gardiens de la Révolution, le corps d‘élite du régime, ont menacé les protestataires d’une riposte “décisive et révolutionnaire”. Le gouvernement iranien s’en est à nouveau pris à ce qu’il appelle l’ingérence des pays étrangers… accusations jugées inacceptables par l’Union européenne. De Paris, la dirigeante du Conseil National de la Resistance iranienne a évoqué le cas de Neda, cette jeune femme tuée lors d’une manifestation samedi : “Le monde a été témoin des derniers moments de cette jeune femme abattue par les Gardes dans le nord de Téhéran. Son père lui disait dans ses derniers moments “N’aie pas peur, Neda.” Aujourd’hui on a donné son nom à la rue où elle est morte”. La jeune Neda, l’une des dix-sept victimes – au moins – de la répression, est devenue en quelques jours un symbôle… A tel point que la police a empêché ses obsèques d’avoir lieu comme prévu dans le centre de Téhéran.