DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Limiter l'impact de la crise sur les plus vulnérables

Vous lisez:

Limiter l'impact de la crise sur les plus vulnérables

Taille du texte Aa Aa

C’est le thème de la conférence internationale qui s’ouvre ce mercredi aux Nations unies à New York. Pendant trois jours, les représentants de 120 pays vont tenter d’identifier les réponses à apporter dans l’urgence et à long terme. Une approche globale, c’est ce que réclame le Nicaraguayen Miguel d’Escoto à l’origine de cette réunion. “Cette réunion établit sans aucun doute que le forum le plus approprié pour discuter de ce type de problèmes est l’ONU, une sorte de G192. Après tout, il s’agit d’un problème mondial, il doit donc être discuté par tout le monde.”

Les pays en développement, soit la majorité des 192 Etats membres de l’ONU affirment payer le prix fort des conséquences d’une crise créée par le monde développé. Leur déficit financier pourrait aller jusqu‘à 700 milliards de dollars, ce qui ferait glisser plus de 100 millions de personnes dans l’extrème pauvreté pendant toute la durée de la crise.