DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Emotion et colère parmi les proches des passagers de l'Airbus de la Yemenia

Vous lisez:

Emotion et colère parmi les proches des passagers de l'Airbus de la Yemenia

Taille du texte Aa Aa

A l’aéroport de Paris-Roissy Charles de Gaulle, la plupart des familles comoriennes dénonce une catastrophe d’après elle plus que “prévisible” à l’image de ces deux hommes :

“Personnellement, il y avait ma tante, son fils, ses deux fils, sa petite fille. De toute façon, comme tout le monde le dit, on attendait que cette tragédie arrive. Arrivé au Yémen, ce qui se passe c’est que l’on change d’avion, les autorités yéménites lorsqu’ils viennent ici, ils envoient des avions aux normes. Mais arrivés au Yémen, ils changent”, raconte le premier. Le second dénonce lui aussi : “De Paris à Saana, le vol est dans les normes. J’ai déjà pris d’autres vols, et il est dans les normes. Mais de Saana à Moroni, vous pouvez imaginer qu’il n’y a même pas de sièges qui nous sont attribués. Parce que l’on s’embarque comme si l’on s’embarquait dans un taxi-brousse”. A Marseille, où l’avion avait fait escale, ce sont les mêmes sentiments qui s’expriment. Avec encore plus de force, car ici la communauté comorienne compte 80 000 personnes, c’est la plus grande du monde. “Aujourd’hui on demande à la France de faire la lumière sur cet accident. Parce que vous savez très bien que depuis août dernier, nous dénonçons le problème de cette compagnie. Cette compagnie poubelle”, exige cet homme. Une soixantaine de personnes issues de la communauté se trouvait à bord de l’Airbus A310 qui s’est abîmé dans l’océan indien. Une cellule d’aide psychologique a été mise en place.