DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidence tchèque: une chance perdue ?

Vous lisez:

Présidence tchèque: une chance perdue ?

Taille du texte Aa Aa

Un tonneau de bière en guise de bâton, voilà un passage de témoin pour le moins original entre la République tchèque et la Suède. Prague qui rend les commandes de l’Union européenne après six mois d’une présidence jugée calamiteuse voire catastrophique. “Notre présidence a eu ses critiques” reconnaît le chef de la diplomatie tchèque, “mais c‘était déjà le cas avant même le début du mandat.” Alors torpillée la présidence tchèque des 27 ? C’est ce que pense le président Klaus qui accuse ouvertement la France de s‘être appropriée les dossiers. Pourtant l’eurosceptique dirigeant avait donné le ton, parlant de l’Union européenne comme d’une “chose sans importance”. La chute du gouvernement Topolanek à mi-parcours n’a rien arrangé. A Prague on estime cependant avoir réussi à faire face à de grands évènements comme la crise du gaz entre l’Ukraine et la Russie, l’effondrement de l‘économie mondiale et le conflit à Gaza. Les Tchèques ont aussi participé au déblocage du processus de ratification du Traité de Lisbonne. “La présidence tchèque se termine bien” a estimé Nicolas Sarkozy, après le dernier grand sommet européen piloté par Prague. Le symbole de la présidence tchèque ne restera pas dans les annales comme celui du bon goût. “Entropa” l’oeuvre d’art de David Cerny n’a pas vraiment contribué à apporter plus de crédibilité à la République tchèque. Au contraire, ce puzzle géant qui résumait chaque pays européen à un stéréotype satirique a fait scandale.