DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retrait américain des villes d'Irak endeuillé par un grave attentat

Vous lisez:

Retrait américain des villes d'Irak endeuillé par un grave attentat

Taille du texte Aa Aa

Parade militaire, cérémonie solennelle, c’est en grande pompe qu’a été célébré ce mardi le retrait des troupes américaines des villes irakiennes.

Les forces irakiennes ont désormais la responsabilité d’assurer la sécurité dans les agglomérations, mais pour le reste du pays, il leur faudra attendre la fin 2011, selon les termes d’un accord passé avec Washington. Le drapeau irakien a été levé et dans un geste très symbolique, la clef du ministère irakien de la Défense, situé à Bagdad, est passé des mains d’un général américain à un homologue irakien. Mais alors que les Irakiens ont célébré dans la liesse ce qu’ils n’ont pas tardé à appeler le retour de la “souveraineté nationale”, un attentat est venu tout gâcher : à Kirkouk, au nord de Bagdad, l’explosion d’une voiture piégée dans l’après-midi a causé la mort d’au moins 26 personnes sur un marché. Pendant ce temps-là, le gouvernement irakien a tenté de vendre aux enchères six de ses champs pétroliers… Une ouverture à des compagnies étrangères inédite. Tenté, puisque seuls le Britannique BP et le Chinois CNPC ont été intéressés par l’offre irakienne et ont gagné le droit d’exploiter un champ pétrolier, celui de Roumaila, dont les réserves sont estimées à 17,7 milliards de barils. Vraie désillusion, donc, pour le gouvernement irakien, qui comptait sur ces investissements étrangers pour relancer son économie.