DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement irakien impose une rémunération basse à deux compagnies étrangères pour l'exploitation d'un grand champ pétrolier

Vous lisez:

Le gouvernement irakien impose une rémunération basse à deux compagnies étrangères pour l'exploitation d'un grand champ pétrolier

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement irakien a accepté mercredi l’offre des compagnies pétrolières britannique BP et chinoise CNPC pour mettre en valeur le champ de Roumaïla au sud de l’Irak : le plus grand champ pétrolier pour lequel des offres avaient été lancées.

Selon le porte-parole du gouvernement iranien, les deux compagnies choisies se sont engagées à augmenter la production de ce champ de 950.000 barils par jour actuellement à 2 millions 850.000 dans les six prochaines années, en acceptant une rémunération de deux dollars par baril. Les réserves pétrolières irakiennes sont estimées à 115 milliards de barils. L’objectif de production est de 4 millions de barils par jour contre 2,4 actuellement. La réalisation de cet objectif permettrait à l’Etat irakien de toucher 1.700 milliards de dollars sur 20 ans, alors que les sociétés pétrolières partenaires se contenteraient de 30 milliards de dollars, toujours sur la même période. BP et CNPC pour Roumaïla mais cinq autres champs pétroliers n’ont pas trouvé preneur car les 31 compagnies en lice ont refusé les rémunérations décidées du gouvernement qu’elles ont jugées trop basses. Idem pour deux champs gaziers qui seront exploités eux par les compagnies nationales irakiennes. Malgré cet échec, le ministère irakien du pétrole s’est réjouit de la participation de grandes compagnies étrangères, du processus d’attribution transparent et aussi du principe de rémunération basse accepté par BP et CNPC pour l’exploitation du champ de Roumaïla