DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Polémiques et frayeurs à L'Aquila avant le sommet du G8

Vous lisez:

Polémiques et frayeurs à L'Aquila avant le sommet du G8

Taille du texte Aa Aa

Dans cette ville italienne des Abruzzes, frappée par un tremblement de terre meurtrier début avril, de fortes secousses s’enchaînent alors que la reconstruction n’avance pas. Du moins pour les habitants.

Car cette nouvelle route goudronnée, ces trottoirs peints en vert sont destinés à mener les dirigeants des huit plus grands pays industrialisés à la caserne de la gendarmerie financière. Une zone de 55 hectares où se dresse l’immeuble des présidents. 50 millions d’euros ont été dépensés pour aménager un bâtiment école qui a résisté au tremblement de terre. Le secrétaire d’Etat et président de la protection civile, Guido Bertolaso, a assuré ce vendredi “qu’après le sommet du G8, les meubles achetées pour accueillir les délégations seront donnés aux sans-abri pour équiper leurs nouvelles maisons à la fin de l’année. “ Mais ces mots n’apaisent pas la population. 50.000 personnes vivent sous des tentes, dans la peur des secousses sismiques, l’inconfort et la promiscuité. Les comités citoyens sont en colère contre ce que Berlusconi appelle “le sommet de la sobriété et de la solidarité”. Sara Vegni du comité 3e32: “Le centre historique de L’Aquila, par exemple, n’a toujours pas été sécurisé, et on constate que de nouvelles constructions sont achevées en un temps record. Non, on ne pense pas que c’est une bonne idée que le G8 se tienne ici.” 500 ouvriers travaillent depuis un mois à l’aménagement du site du G8, il y aura même un terrain de basket pour Barack Obama, et un parcours de jogging pour Nicolas Sarkozy. Jeudi, Silvio Berlusconi a inauguré l’extension de l’aéroport de Preturo, près de l’Aquila. Aéroport qui accueillera les délégations étrangères du 8 au 10 juillet. Il assure que cette extension sera indispensable au développement économique de la région. Les comités citoyens, là encore, sont sceptiques.