DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise et corruption, enjeu des élections bulgares

Vous lisez:

Crise et corruption, enjeu des élections bulgares

Taille du texte Aa Aa

Depuis six heures du matin, les bureaux de vote sont ouverts en Bulgarie pour les législatives. Aujourd’hui, les électeurs de ce pays de sept millions et demi d’habitants devraient, selon les sondages, donner leur préférence à l’opposition de centre-droit. Plus de deux tiers des électeurs bulgares souhaitent que la coalition dirigée par le Parti socialiste quitte le pouvoir, les résultats du Premier ministre Sergueï Stanichev en matière économique sont jugés trop faibles.

Le parti qui pourrait émerger en tête ce soir, c’est donc le Gerb, formation de centre-droit conduite par le maire de Sofia Boïko Borissov. Le leitmotiv de sa campagne : durcir la répression contre les responsables corrompus. La corruption mine en effet ce pays considéré comme le plus pauvre de l’Union. Le Mouvement pour les droits et la liberté, parti de la minorité turque, est donné en troisième position. Comme presque toujours ces 20 dernières années, il sait qu’une place lui est quasiment assurée dans une future coalition. Lutter contre la corruption, contre la crise, les chantiers sont énormes : le prochain gouvernement devra mener des réformes douloureuses s’il veut sortir le pays de la récession.