DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Geert Wilders : "Je suis pour que la Roumanie et la Bulgarie quittent l'Union européenne"

Vous lisez:

Geert Wilders : "Je suis pour que la Roumanie et la Bulgarie quittent l'Union européenne"

Taille du texte Aa Aa

Geert Wilders est un parlementaire néerlandais. Il est le fondateur du Parti pour la liberté, une formation d’extrême-droite connue pour ses positions anti-islamiques. Lui-même a réalisé il y a deux ans, un film très critique à l‘égard de l’Islam.

Lors des dernières élections européennes, son parti a totalisé plus de 16% des suffrages. Ce score semble indiquer que les idées de Geert Wilders progressent dans l’opinion néerlandaise. L’interview accordée à Euronews a été réalisée dans une salle sécurisée du Parlement de la Haye. En raison de ses prises de positions controversées, Geert Wilders fait l’objet de menaces, et donc d’une protection rapprochée. euronews Geert Wilder, bienvenue sur Euronews. Vous sentez-vous concerné par l’avenir de l’Europe ? Geert Wilders Je me sens très concerné par l’avenir de l’Europe. Je crois que l’Europe est un continent magnifique avec de puissants pays. Mais malheureusement, à cause des flux migratoires massifs et de l’islamisation de nos sociétés, je crains qu’un jour, cela nous coûte notre liberté. Mais oui, biensûr, je suis très concerné. euronews Pourquoi pensez-vous que l’Islam représente une menace pour l’Europe ? Qu’est-ce qui vous fait peur ? Geert Wilders Laissez-moi dire tout d’abord que je fais une distinction entre l’idéologie – la religion musulmane – et les gens. Je n’ai rien contre les musulmans. Je n’ai rien contre les gens. En revanche, j’ai un problème avec l’idéologie islamique. A mon avis, il s’agit d’une idéologie totalitaire qui ne peut pas être comparée aux autres religions, mais qui s’apparente aux autres idéologies totalitaires comme le communisme et le fascisme. Dans l’idéologie islamique, il n’y a pas de place pour d’autres choses que l’Islam. Et c’est précisement de cela dont on devrait avoir peur. euronews Est-ce que vous ne pensez pas qu’il est dangereux de dire que l’islam est une idéologie totalitaire.. dangereux d’un point de vue intellectuel ? Parce qu’on voit bien que les Iraniens, par exemple, sont en train de se battre pour plus de démocratie, et ils sont musulmans… Geert Wilders Non ! Une fois de plus, je n’ai rien contre les gens. Et j’admets qu’il puisse y avoir des gens modérés qui se disent musulmans. Donc, il y a des musulmans modérés. Et nous devrions miser sur ces gens-là. Mais je ne crois pas en un Islam modéré. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir un jour dans l’Islam, ce qu’on a vu dans le christiannisme : l’Ancien testament et le nouveau testament, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, et l‘équivalent du siècle des Lumières. Aussi, je pense qu’il est vain de croire en un Islam européen ou modéré. En revanche, biensûr, il nous faut soutenir les gens, et soutenir la démocratie. euronews Comment pouvez faire une distinction entre, d’un côté, le concept d’Islam pris dans son ensemble – vous dites que c’est une idéologie totalitaire -, et d’un autre côté, les individus musulmans – vous dites qu’ils peuvent être modérés… Geert Wilders J’admets que la majorité des musulmans vivants aujourd’hui dans nos pays occidentaux ne sont pas des extrémistes, ils ne sont pas des terroristes. Ils sont des gens normaux comme vous et moi. Et je pense qu’il n’y a rien à dire. En revanche, même si aujourd’hui la majorité d’entre eux n’est pas extrèmiste ou terroriste, si on continue à accèpter une immigration massive, alors à l’avenir, la culture islamique, l’identité islamique et l’idéologie islamique vont prendre davantage d’importance dans nos sociétés. Nos sociétés vont changer. Il y aura ce qu’on constate déjà au Royaume-Uni : 85 tribunaux islamiques en activité, qui disent que les femmes ont deux fois moins de valeur que les hommes et que les homosexuels doivent être tués… La charia fait partie de l’idéologie islamique. Et j’estime que ce genre de lois anti-démocratiques, c’est exactement ce qui est en train de se passer en Europe. euronews Vous avez déclaré un jour que tous les musulmans qui, en Europe, voulaient appliquer la charia, devraient être expulsés. Etes-vous toujours d’accord avec cette déclaration ? Geert Wilders Je pense que la charia, l’application de la charia marque la fin de la démocratie. Si vous croyez en la charia, alors pour vous, les apostats, et tous ceux qui ne sont pas Musulmans, soit ils vivent sous le régime de la dhimmitude, soit ils doivent se plier aux règles islamiques. Sinon, ils doivent être tués. C’est la même chose pour les femmes et pour les homosexuels. Dans une société régie par la charia, ils auraient des conditions de vie vraiment terribles ! Alors, je crois fermement que si vous êtes dans un pays et que vous êtes en faveur de l’application de la charia, dès lors, vous n’avez plus de prise sur les choses. Cela veut dire que vous acceptez que les femmes valent deux fois moins que les hommes. euronews Désolé mais… Geert Wilders La charia est très claire là-dessus… euronews … les tribunaux islamiques au Royaume-Uni n’ordonnent pas la pendaison des homosexuels… Geert Wilders Non, mais ils ont une loi qui repose sur le Coran. Et si on commence à faire comme vous le suggérez, si on commence à dire : “cela ne concerne que la vie privée, mais cela n’empiète pas sur le code pénal, alors s’il vous plaît, laissez-nous n’appliquer qu’une partie de la charia”, et bien je peux vous assurer qu’il y aura une étape suivante, puis une autre. D’après moi, il faut dire Non à la charia dans nos sociétés occidentales. Parce que si on tolère un peu, même si cela paraît insignifiant, et bien il y aura d’autres étapes qui suivront. Les élites politiques dans les sociétés européennes cèdent du terrain au nom du “politiquement correct”, parce que ces dirigeants font du relativisme culturel. Ils croient que toutes les cultures sont égales. Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, est le plus grand lâche d’Europe. Il m’a interdit l’entrée en Grande-Bretagne, quand je voulais venir y projeter mon film et rencontrer les parlementaires. Les dirigeants de ce genre devraient être démis de leur fonction et remplacés par des dirigeants plus courageux. euronews Mais cela pouvait constituer un trouble à l’ordre public également pour les Britanniques… Geert Wilders Seulement au Royaume-Uni… Il n’a pas décidé en fonction d’une éventuelle menace. Moi, j’ai visité des tas de pays, pour projeter mon film, et j’ai toujours été très bien accueilli. En fait, le Premier ministre britannique a eu peur que je vienne et que je tienne un discours allant à l’opposé de ce que lui pense, et que je dise du mal de l’Islam. Voilà, il a eu peur. Et puis, il y a eu des pressions exercées par des islamistes. Alors, il a renoncé. Il a abandonné. Il a été le Chamberlain de l’Europe de 2009. euronews Vous êtes contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne… Geert Wilders C’est sûr ! euronews Beaucoup de fédéralistes sont opposés à l’adhésion de la Turquie à l’Europe, parce qu’ils disent que cela va diluer l’Union européenne, et que cela faire disparaître l’idée d’une Europe fédérale. Aussi, vous devriez être favorable à l’adhésion de la Turquie… Geert Wilders Je suis contre une Europe fédérale. Je veux que nous restions indépendants, et que les Pays-Bas ne coopèrent que dans le domaine économique. Et je suis contre l’adhésion de la Turquie. Je n’ai rien contre ce pays. C’est un allié très respectable au sein de l’OTAN, et les Turcs sont amis des Néerlandais. Mais ils ne sont pas membres de la famille. Etre un bon voisin, ce n’est pas la même chose qu‘être membre de la famille. Et puis la Turquie est un pays islamique. Non seulement, cela nous reviendrait très cher, il nous faudrait dépenser beaucoup d’argent, mais en plus, c’est un pays islamique ! Nous aurions à faire face à encore pluss d’immigration, et c’est bien la dernière chose dont nous ayons besoin ! euronews Doit-on ouvrir les portes à l’Ukraine par exemple ? Geert Wilders Non, je pense qu’aucun autre pays ne doit rejoindre l’Europe. Je suis même pour que la Roumanie et la Bulgarie quittent l’Union européenne. Au Parlement néerlandais, mon parti a voté contre la ratification du traité qui autorisait l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie. euronews Pourquoi ? Quel est le problème avec eux ? Geert Wilders Et bien tout d’abord, les Néerlandais estiment que l’Europe est suffisamment large. Ils sont opposés à toute nouvelle adhésion. Et je suis d’accord avec eux. Nous devrions avoir une Europe restreinte avec des tâches plus limitées plutôt qu’une Europe élargie même avec de l’influence. Ensuite, je pense que ces deux pays ne sont absolument pas prêts. Pas prêts et en même temps très corrompus.