DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A L'Aquila : le G5 des grands pays émergents veut faire entendre sa vision de l'ordre économique international

Vous lisez:

A L'Aquila : le G5 des grands pays émergents veut faire entendre sa vision de l'ordre économique international

Taille du texte Aa Aa

Le président brésilien Lula n’est pas venu les mains vides au sommet du G8. Jeudi il a offert à chacun de ses homologues du G5 un maillot de l‘équipe de football du Brésil, dédicacé par les joueurs, et même si ce sont des maillots de défenseurs, nul doute que le président brésilien sait contre-attaquer quand il s’agit de définir les sujets de discussions prioritaires à L’Aquila.

“Nous avons des sujets extrêmement importants, a affirmé le président brésilien, des sujets tel que la sécurité alimentaire, laquelle est une question prioritaire pour chaque pays”. Les pays du G5 aimeraient que le G8 les aide à surmonter les effets du changement climatique plutôt que de fixer des objectifs chiffrés dans le temps sur la réduction des émissions de CO2. “Précisément, explique le président mexicain Felipe Calderon, les pays les moins développés sont les moins responsables quand on parle du réchauffement de la planète. Mais en même temps, ils sont aussi ceux qui souffrent le plus des conséquences du changement climatique dans le monde”. Les grands pays émergents du G5 donnent de la voix et se font entendre de plus en plus clairement depuis leur son irruption au sommet du G8 de Heiligendam en Allemagne en 2007. “Le G5 a montré à L’Aquila qu’il n’est pas qu’un spectateur aux sommets du G8, explique Constantino de Miguel, l’envoyé spécial d’Euronews à L’Aquila. A partir de 2010, les membres du G5 vont créer un organisme autonome pour faire entendre leur vision du nouvel ordre économique international.”