DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Washington et Séoul victimes de cyber pirates


Etats-Unis

Washington et Séoul victimes de cyber pirates

La Maison blanche, le Pentagone, mais aussi la sécurité intérieure et le New York Stock exchange : une dizaine d’institutions américaines ont été la cible de cyber-attaques coordonnées la semaine dernière.

Plus de peur que de mal : les sites Internet ont simplement été ralentis pendant plusieurs jours, mais la chasse aux pirates est ouverte. Selon Ted Bridis, expert en informatique, il ne s’agit pas d’une offensive ordinaire. “Cette attaque est différente en ce sens qu’elle a remarquablement bien réussi, explique-t-il. Normalement, même les sabotages les plus puissants sont dissipés en quelques heures, ou du moins en un jour. Celle-ci a duré pendant plusieurs jours et a frappé la crème des organisations, dont des institutions gouvernementales.” Egalement touchée, mais plus sévèrement : la Corée du Sud, où plusieurs sites, dont ceux de la présidence et de la Défense ont été mis hors services mardi soir. Séoul soupçonne la Corée du Nord. Les services secrets sud-coréens estiment que 50 000 ordinateurs pourraient avoir été utilisés pour mener ces attaques.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le G8 optimiste mais prudent quant à l'issue de la crise