DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un Nobel de la paix tente de résoudre la crise à la tête du Honduras

Vous lisez:

Un Nobel de la paix tente de résoudre la crise à la tête du Honduras

Taille du texte Aa Aa

Le président du Costa Rica, Oscar Arias, prix nobel de la paix en 1987 pour son rôle dans la résolution des conflits en Amérique centrale, a commencé a joué le médiateur pour le Honduras, mais la tâche s’annonce ardue. Le face-à-face attendu entre les deux hommes qui se disputent la présidence du Honduras depuis le coup d’Etat du 28 juin n’a pas eu lieu. Oscar Arias a d’abord rencontré le président destitué, Manuel Zelaya, qui a ensuite déclaré: “Nous pensons être raisonnables en demandant le rétablissement de la loi, et de la démocratie, et réclamant, en accord avec l’Organisation des Etats américains et les Nations unies, le retour d’un président légitime au Honduras, autrement dit mon retour.”

Des propos inacceptables pour son successeur. Roberto Micheletti a attendu que son ancien allié quitte le palais présidentiel pour s’entretenir à son tour avec Oscar Arias. A son retour, depuis l’aéroport de Tégucigalpa, Micheletti s’est immédiatement exprimé: “Le retour de l’ancien président Zelaya ne fera pas l’objet de discussions, à moins qu’il ne se rende à la justice. Comme je l’ai dit au président Arias, ce n‘était pas un coup d’Etat, mais une succession constitutionnelle.” Selon l’ancien président du parlement Micheletti, Zelaya voulait enfreindre la constitution en levant la limitation du nombre de mandats présidentiels. Zelaya avait été arrêté le 28 juin par des militaires et expulsé. Depuis, la communauté internationale le soutient, de même qu’une partie de la population qui manifeste tous les jours dans les rues de la capitale hondurienne. Le 6 juillet dernier, un manifestant a été tué dans des clashs avec la police. Une commémoration particulière avait lieu à Tégucigalpa ce vendredi.