DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers un G14 pour gérer les questions internationales

Vous lisez:

Vers un G14 pour gérer les questions internationales

Taille du texte Aa Aa

Le second jour du sommet du G8 à L’Aquila a été marqué par un geste symbolique: la poignée de main entre Mouhamar Khadafi et Barack Obama qui ne s‘étaient jamais rencontrés.

Le président lybien représentait l’Union africaine au G8. C’est une étape supplémentaire dans le rapprochement des deux pays, car la Libye a longtemps été l’une des bêtes noires des Etats-Unis, notamment à cause du soutien de Tripoli à des organisation considérées comme terroristes par Washington. Le sommet de l’Aquila restera peut-être aussi comme celui de l’ouverture. Les présidents français et brésiliens ont proposé que le G8 fusionne avec le G5 et l’Egypte pour ne former à l’avenir qu’un seul groupe officiel, le G14, afin de gérer ensemble les grandes questions internationales, économique et climatique. Le G8, créé pour faire face à la crise pétrolière et économique du début des années 70, serait ainsi élargit à des pays d’Afrique, d’Amérique latine, à la Chine et à l’Inde. Les dirigeants présents jeudi se sont déjà engagés à coopérer sur de nombreuses pistes de travail pour soutenir l‘économie mondiale et lutter contre le changement climatique. Sur ce dernier point, les pays émergents, comme le Brésil, considèrent que la pollution atmosphérique est historiquement et essentiellement le fait des pays riches, mais ils sont prêts à promouvoir une économie verte, notamment s’il y a transfert de technologies.