DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Xinjiang: Pékin ferme les mosquées à Urumqi et envoit d'autres militaires

Vous lisez:

Xinjiang: Pékin ferme les mosquées à Urumqi et envoit d'autres militaires

Taille du texte Aa Aa

Pas d’appel à la prière ce vendredi à Urumqi… Le gouvernement chinois a fermé la plupart des mosquées de la capitale de la province du Xinjiang. Des bataillons de militaires supplémentaires ont été envoyés car les autorités craignent de nouvelles violences interethniques. Dimanche dernier, des émeutes ont fait 156 morts et plus de mille blessés. Les Ouïgours, minorité ethnique musulmane turcophone, sont invités à prier chez eux.

“Pas de prière du vendredi pour nous, témoigne un vieil homme, ce n’est pas autorisé, on ne peut pas aller à la mosquée.” Le 5 juillet, des émeutes ont éclaté entre Ouïgours et Hans, les chinois de souche, qui colonisent cette province depuis les années 40. Selon les analystes, “les Ouïgours ont le sentiment que la progression de l‘économie chinoise se fait à leurs dépens et facilite une domination croissante des Chinois sur leur population”. Mais nombreux, comme cet habitant d’Urumqi, espèrent que la paix va revenir: “On voit des Ouïgours attaquer des Hans, des Hans attaquer des Ouïgours, quel sens donner à tout ça ?” La présence militaire n’a pas empêché l‘éclatement sporadique de violences. Et il semblerait que des milliers de personnes prennent la fuite. Des témoins affirment que les gares routières et ferroviaires sont envahies depuis les émeutes.