DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers une politique européenne contre l'immigration clandestine

Vous lisez:

Vers une politique européenne contre l'immigration clandestine

Taille du texte Aa Aa

Un sommet pour tenter de trouver une issue au problème de l’immigration clandestine en Europe : les ministres de l’Intérieur des 27 se sont réunis à Stockholm ce jeudi.

Les pays européens rejettent chaque année 70 % des demandes d’asile. Jacques Barrot, le commissaire européen chargé de la Sécurité et des Libertés, demande plus de solidarité. ‘‘Le devoir d’asile s’exerce à l‘égard des personnes qui risquent des persécutions, qui risquent vraiment des violences. Mais là, très sincèrement, quelle que soit la crise, je crois que l’Europe, avec tout le passé qui est le sien, se doit d’accueillir ceux qui sont effectivement persécutés.’‘ La solidarité, une revendication pour les Etats méditerranéens. Alors que plus de 67000 personnes ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l’Europe l’an dernier. L’Italie, la Grèce, Chypre et Malte sont particulièrement exposés à l’immigration clandestine. Ils demandent aux 27 d’accueillir plus de réfugiés pour les soulager de cette pression. ‘‘Les problèmes de la Grèce sont ceux de tous les européens, affirme le ministre grec de l’Intérieur. Le problème de l’immigration clandestine existe car les frontières de l’Europe ne sont pas assez bien protégées. Or les frontières grecques sont des frontières de l’Union européenne.’‘ Les 27 affirment qu’ils veulent soutenir les Etats méditerranéens. Mais l’accueil de migrants sur leur sol n’est aujourd’hui contraint à aucune obligation. Un caractère volontaire qui fait grincer des dents les pays les plus exposés à l’immigration clandestine.