DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Espagne change de stratégie face à Gibraltar

Vous lisez:

L'Espagne change de stratégie face à Gibraltar

Taille du texte Aa Aa

Depuis 300 ans, l’Espagne a multiplié les tentatives pour récupérer le Rocher, en utilisant la force par exemple lors du grand siège de Gibraltar à la fin du 18e siècle. Franco avait lui décidé d’isoler le territoire en fermant la frontière, des points de passage réouverts dans les années 1980. La visite du chef de la diplomatie espagnole marque donc un changement de stratégie, davantage axée sur le pragmatisme.

Car les 30 000 habitants de ce territoire de moins de 10 km2 rejettent en masse tout changement de souveraineté. Lors d’un référendum en 2002, 99% de la population a dit “non” au partage du pouvoir entre Londres et Madrid. Chantre de l’opposition au rattachement espagnol : le ministre principal de Gibraltar. Peter Caruana multiplie les arguments pour défendre l’autonomie du Rocher, qui jouit d’une position stratégique aux confins de l’Océan Atlantique et de la Mer Méditerranée. Peter Caruana rappelle que l’Espagne possède elle aussi des villes en terres étrangères, et que Madrid refuse de livrer les enclaves de Ceuta et Melilla au Maroc. La question des eaux territoriales reste au centre des tensions. Meilleur exemple : le naufrage du New Flame en 2007 au large des côtes du Rocher. L’Espagne et Gibraltar se sont alors renvoyés la balle pour savoir qui devait évacuer l‘épave. Peter Caruana avait refusé à l‘époque d’assumer toute responsabilité sur la marée noire provoquée par le naufrage du navire. Mais Britanniques et Espagnols refusent d’entrer ouvertement en conflit. Une bataille larvée mettrait en péril leur coopération bilatérale au sein de l’Union européenne ou de l’Otan. Le Forum tripartite créé en 2006 a donc pour objectif d’accroître leur collaboration sans heurter les différentes sensibilités.