DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Irak a besoin d'argent

Vous lisez:

L'Irak a besoin d'argent

Taille du texte Aa Aa

Il y a trois semaines, une partie des Boys quittait l’Irak, ouvrant la voie à un retrait complet des troupes américaines d’ici la fin 2011.

Après des années de guerre, ils laissent derrière eux un pays dévasté. Tout est à reconstruire en Irak, quant à la population, la plupart des 28 millions de personnes qui peuplent le pays vit dans des conditions plus que précaires. Il y a peu d’eau potable, de l‘électricité par intermittence et les produits de première nécessité sont difficilement trouvables. Mais pour se reconstruire, l’Irak a besoin d’argent. Si les revenus du gouvernement irakien reposent à 95% sur les exportations de pétrole, ce dernier, pour ressusciter une économie calcinée, courtise les investisseurs étrangers. Il a récemment accepté l’offre de deux compagnies pétrolières pour l’exploitation de Roumalia, le plus important gisement irakien. Les réserves pétrolières irakiennes sont estimées à 115 milliards de barils. L’objectif de production est de 4 millions de barils par jour contre 2.4 actuellement. Arriver à cet objectif permettrait à l‘état irakien de toucher près de deux trions de dollars sur 20 ans. Si l’un des principaux objectifs du voyage de Nouri Al Maliki aux Etats-Unis est de convaincre les investisseurs que l’Irak est suffisamment stable pour qu’ils y reviennent, le conflit territorial sur la région pétrolière de Kirkouk, ville revendiquée par les Kurdes, pourrait ternir son argumentation.