DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Honduras: Manuel Zelaya se radicalise

Vous lisez:

Honduras: Manuel Zelaya se radicalise

Taille du texte Aa Aa

Le président déchu du Honduras ne quittera pas Las Manos. Installé dans ce petit village du Nicaragua, à la frontière avec son pays, Manuel Zelaya durcit le ton. Evincé du pouvoir et expulsé le 28 juin dernier, il semble ne plus croire à la négociation.

Aux journalistes et à ses partisans qui l’ont rejoint, il a déclaré qu’il ne se rendrait pas à une sixième rencontre prévue mardi à Washington. Zelaya affirme que sa place est ici alors qu’un de ses partisans a été retrouvé mort, à El paraiso, un village du Honduras, à une dizaine de kilomètres.

C’est là que plusieurs centaines de partisans ont été contenus à coup de gaz lacrymogène samedi par les forces anti-émeutes et l’armée hondurienne. Le cadavre du jeune homme retrouvé ce matin porterait des marques de torture. Les autorités honduriennes confirment que le manifestant a bien été arrêté pour consommation de marijuana, mais qu’il a été relâché dans la soirée de samedi. C’est pour voir Manuel Zelaya que ses partisans tentent de se rassembler dans cette ville près de la frontière avec le Nicaragua. Une démarche que son successeur, Roberto Micheletti, juge irresponsable, dangereuse et égoïste. Les Etats-Unis et le Costa Rica ont aussi estimé cette action imprudente. Un sénateur républicain de Floride est venu rencontré Micheletti pour faire le point sur la situation au Honduras, même si ce nouveau gouvernement n’est pas reconnu par la communauté internationale.