DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le patriarche Kirill en Ukraine : une visite sur fond de controverse

Vous lisez:

Le patriarche Kirill en Ukraine : une visite sur fond de controverse

Taille du texte Aa Aa

C’est en février dernier que le Métropolite Kirill de Smolens et Kaliningrad est intronisé 16eme patriarche de Moscou. Il devient ainsi le chef de l‘église orthodoxe la plus importante au monde, celle de la Russie. L’ancien chef du département des Affaires étrangères de l’Eglise apporte à sa nouvelle fonction son expérience de diplomate et de fin politicien.

Des qualités dont il fera sans doute usage en Ukraine, ou l’orthodoxie est divisée en trois: l‘église relevant du Patriarcat de Moscou, dirigée par le Métropolite Volodymyr; l‘église relevant du patriarcat de Kiev, dirigée par le patriarche Filaret et la petite église autocéphale dirigée par le Métropolite Mefodiy, moins importante. Des divisions qui ont fait surface à l’indépendance de l’Ukraine en 1991, quand beaucoup d’orthodoxes ukrainiens ont voulu s’affranchir du Patriarcat de Moscou. D’autres y sont restés, avec leur chef spirituel, le Métropolite Volodymyr. Officiellement les paroisses du patriarcat de Moscou, 11.300, sont les plus nombreuses, mais pas en nombre de fidèles. Selon les sondages le Patriacat de Kiev, avec ses 4.000 paroisses, aurait pourtant beaucoup plus de fidèles. Il est à coûteaux tirés avec Moscou, depuis que son chef le patriarche Filaret a fait l’objet d’un anathème lancé par l’Eglise russe en 1997 en raison de sa dissidence. Celui-ci n’a d’ailleurs pas caché ses prises de positions politiques, comme lors de la révolution orange : “Après ce qui s’est passé, ces élections tronquées, le peuple a redressé la tête…. et l’Eglise soutient le peuple”, dira-t-il alors. Un attachement national constant dans les églises orthodoxes, et l’Ukraine ne fait pas exception. Le froid est encore bien installé entre les patriarcats de Moscou et Kiev.