DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mission impossible pour l'émissaire américain au Proche Orient ?

Vous lisez:

Mission impossible pour l'émissaire américain au Proche Orient ?

Taille du texte Aa Aa

L‘émissaire américain pour le Proche Orient n’a pas obtenu d’Israël qu’il cesse la colonisation en Cisjordanie. C’est pourtant l’une des conditions fixées par le président de l’Autorité palestinienne pour reprendre les discussions de paix, comme l’a rappelé lundi George Mitchell après un entretien avec Mahmoud Abbas à Ramallah. “Chacun doit prendre des initiatives, certaines difficiles, d’autres controversées, pour créer un contexte favorable à des discussions”, souligne l’envoyé de la Maison Blanche.

Soutenu par des manifestants descendus lundi dans les rues de Jérusalem, le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu refuse de geler la colonisation. Selon lui, il s’agit simplement d‘étendre les implantations existantes pour raisons démographiques. Soucieux de préserver son allié, l‘émissaire américain a tout de même rappelé que Washington continuerait de défendre la sécurité de l’Etat hébreu. A l’issue d’une rencontre dimanche au Caire avec le président égyptien, Mitchell a appelé les pays de la région, y compris l’Iran, à renouer le dialogue avec Israël. Dans un même effort de conciliation, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, s’est lui rendu en Jordanie pour transmettre ce message : “Nous gardons espoir que l’Iran répondra à la main tendue par le président (américain), de façon positive et constructive, mais nous verrons.” Washington espère que l’Iran acceptera de renouer le dialogue d’ici l’Assemblée générale des Nations unies, à la fin septembre.