DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande- Bretagne : ouverture de l'enquête sur l'entrée en guerre en Irak

Vous lisez:

Grande- Bretagne : ouverture de l'enquête sur l'entrée en guerre en Irak

Taille du texte Aa Aa

A l’heure ou la Grande-Bretagne achève le retrait de ses troupes d’Irak, l’enquête décidée par le gouvernement sur la participation britannique à la guerre le mois dernier a été finalement lancée aujourd’hui, sous la houlette de sir John Chilcot: le président de la commission d’enquête s’est voulu très clair : “Cette commission n’est pas une cour de justice, et personne n’est jugé, mais je veux être honnête : cette commission ne craindra pas les critiques. Si nous trouvons que des erreurs ont été faites, si nous trouvons que certains dossiers auraient pu être mieux gérés, nous le dirons, franchement. Et je considère qu’autant que possible, les auditions devront être publiques, pour que la commission aille au coeur de ce qui s’est passé, et que l’on puisse tirer les leçons du passé pour l’avenir. Mais j’admets que certaines sessions de travail devront être à huis clos”.

Un huis clos souhaité par Gordon Brown dès le départ, et source de polémique : le chef du gouvernement a été accusé par l’opposition d’en faire une affaire politique, d’autant que la commission ne pourra rendre ses conclusions que dans un an, après les élections législatives prévues d’ici juin prochain… L’enquête devra préciser les conditions dans lesquelles Tony Blair, Premier ministre à l‘époque, a engagé les troupes britanniques aux cotés de l’armée américaine en 2003, et les conséquences de cette décision. une décision qui a profondément divisé les britanniques, ils ont perdu 179 de leurs soldats en Irak depuis mars 2003, et beaucoup réclament des comptes. La note pourrait être coûteuse pour un gouvernement travailliste au plus bas dans les sondages.