DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corazon Aquino : la première femme chef d'Etat asiatique de l'histoire

Vous lisez:

Corazon Aquino : la première femme chef d'Etat asiatique de l'histoire

Taille du texte Aa Aa

C’est bien malgré elle, en ce jour d’août 83 où elle bénit le cercueil de son mari, que Corazon Aquino va prendre en main le destin de son pays.

Une semaine avant, à peine arrivé sur l’aéroport de Manille après trois ans d’exil, son mari, Begnino Aquino, a été assassiné. Derrière ce meurtre, les hommes de Ferdinand Marcos, à la tête d’une dictature depuis vingt ans aux Philippines. Une partie de la population prend alors fait et cause contre Marcos et pour Corazon Aquino, qui décide sous la pression populaire et malgré son absence d’expérience politique de se présenter à la présidentielle en 86. Marcos gagne l‘élection mais il est accusé de fraudes massives… L’armée pour la première fois se range aux côtés de la démocrate, qui accède donc à la présidence en ce 25 février 86 historique. Le dictateur Marcos s’enfuie à Hawaï. Mais la présidence d’Aquino sera marquée par au moins six coups d’Etat militaires ratés et des désordres politiques. Le commandant Ramos, cousin de l’ex-dictateur Marcos, sera un allié fidèle durant les six ans de présidence de Corazon Aquino. Mais l’ex-chef d‘état, frêle, mais à la volonté de fer, continue à oeuvrer pour des causes sociales et politiques.. On la voit par exemple participer à des manifestations en 2005 pour le départ de la présidente d’alors Gloria Arroyo. En 2008, on lui diagnostique un cancer du colon, maladie qui finalement l’a emportée la nuit dernière.