DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

20 ans apres son premier congrès, le Fatah en attente d'un nouvel élan...

Vous lisez:

20 ans apres son premier congrès, le Fatah en attente d'un nouvel élan...

Taille du texte Aa Aa

Le Fatah de Yasser Arafat n’est plus l’organisation prestigieuse et forte qu’elle était en 1989, l’année du dernier Congrès du “Mouvement national palestinien de libération”. C’est alors la principale composante de l’OLP, l’Organisation de Libération de la Palestine qui vient de reconnaître l’existence d’Israël un an plus tôt. Pour la première fois les membres du gouvernement d’une Autorité Palestienne encore hypothétique se réunissaient à Tunis.

Yasser Arafat régnait alors sur “son” mouvement : il l’avait fondé au Koweit en 1959, pour organiser la résistance palestinienne indépendamment des pays arabes. Engagé dans la lutte armée contre Israël et après des actions terroristes parfois spectaculaires contre des citoyens israéliens, le Fatah réoriente peu à peu sa politique, préférant se consacrer à la reconnaissance internationale de la cause palestinienne…. L’aboutissement, ce seront les accords d’Oslo en septembre 1993 au terme de négociations secrètes avec l’Etat hébreu. Trois ans plus tard, l’Autorité palestinienne est mise en place. Incarnée par le Fatah, à sa tête, mais aussi dans l’administration et au sein des forces de sécurité palestinienne. Le résultat de cette omniprésence, c’est que le Fatah se trouve directement associé aux échecs de l’Autorité palestinienne et à sa corruption endémique. Avec la reprise de la seconde Intifada en 2000, le Fatah qui défend encore des négociations de paix avec Israël, perd de son influence au profit du Hamas, mouvement islamiste crée en 1987 et qui prône la destruction d’Israël. Le décès de Yasser Arafat en novembre 2004 va créer un vide au sein du Fatah. Un vide que Mahmoud Abbas, son successeur à la tête de l’autorité palestinienne, refuse de combler par dédain des manoeuvres politiques. Cette situation va renforcer l’affaiblissement du Fatah face au Hamas, il perd les élections municipales en 2005, puis les législatives en 2006. Pour la première fois, il n’a plus la main mise sur les territoires palestiniens et est obligé de composer avec le Hamas. La co-existence au pouvoir entre les deux formations palestiniennes durera 18 mois, elle s’achèvera dans le chaos d’une guerre civile de 22 jours en juin 2007. Désormais le Hamas d’Ismail Haniyeh assume seul le contrôle de la bande de Gaza , la Cis-Jordanie restant dirigée par le Fatah de Mahmoud Abbas. En 20 ans, le bilan du Fatah et de Mahmoud Abbas est sombre : son parti qui reste associé à la corruption passée de l’Autorité palestinienne, a perdu la bande de Gaza. Et les tentatives de réconciliation entre le Fatah et le Hamas sous l‘égide de l’Egypte n’ont toujours pas abouti.