DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers la fin des violences en Nouvelle-Calédonie

Vous lisez:

Vers la fin des violences en Nouvelle-Calédonie

Taille du texte Aa Aa

C’est peut être la fin des affrontements qui ont secoué la Nouvelle-Calédonie depuis plus d’une semaine. Le syndicat indépendantiste USTKE et la direction de la compagnie Aircal ont signé un accord qui prévoit notamment le paiement des jours de grève. Le conflit avait éclaté en mars après le licenciement pour faute d’une employée de la compagnie. Puis la condamnation à un an de prison du président du syndicat pour sa participation à un coup de force dans un aéroport avait avivé les tensions.

Mais derrière la contestation, se joue aussi le poids politique de l’USTKE. L’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités fait monter la pression pour dénoncer la tenue d’un référendum d’auto-détermination à partir de 2014. C’est ce que prévoient les accords de Nouméa de 1998, dans cette collectivité française au statut particulier. Pour le syndicat kanak, il n’y a qu’un seul avenir possible pour les 250.000 habitants de l’archipel: l’indépendance tout de suite, pas besoin de les consulter. Les barrages aux abords de Nouméa ont été levés. En huit jours, les incidents ont fait plus d’une trentaine de blessés parmi les gendarmes et quatre parmi les manifestants. Treize d’entre eux ont été arrêtés.